Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 14:40

Francine, Marie -Jo et Marie -Thérèse - l’équipe des lectrices LFL allant dans l’Institut d’Education Motrice( IEM) -  ont assuré un lien avec une classe de CP à St André d’Ornay.

Cette année, Christelle et Chloé, les éducatrices de l’IEM souhaitaient que les enfants fréquentant l’IEM puissent rencontrer des enfants dans une école qu’ils ne connaissaient pas à la Roche sur Yon...

 

Plusieurs objectifs :

  • sortir de leur structure où ils voient essentiellement des enfants handicapés,
  • tester leurs réactions dans un milieu inconnu,
  • s’ouvrir à de nouvelles expériences,
  • montrer ce qu’ils peuvent réaliser.

Comme Marie –Thérèse lit aussi dans une école distante d’un Km, elle a pu évoquer ce projet avec l’enseignante qui a été favorable. Des rencontres entre adultes ont pu se faire pour mettre ce projet en place. Malgré le congé maternité de Chloé nous avons poursuivi cet objectif : que des échanges puissent avoir lieu entre les 9 CP de Fabienne et les 8 enfants de l’IEM. Pendant le mois de juin, nous nous sommes déplacés deux fois vers l’école St André et les enfants de l’IEM ont reçu les enfants de CP dans leur centre, à deux reprises.

 

Ces 4 visites ont eu lieu à l’heure où nous intervenions habituellement à l’IEM. On imagine combien les déplacements d’un lieu à l’autre ont mobilisé enfants et adultes. L’arrivée du mini-bus d’où sortent des fauteuils roulants ne passe pas inaperçu devant l’école. Notons que cette école reçoit des enfants ayant aussi des handicaps moteurs. Une petite fille fréquente la classe de Fabienne en CE1 et nous avons été témoins de sa joie de voir arriver des enfants à mobilité réduite comme elle...

 

Les enfants ont été très attentifs lors des visites de part et d’autre et les accueils réciproques étaient bien préparés, attendus. Les enfants de CP ont pu faire découvrir un livre avec lequel ils avaient abondamment travaillé : « le loup qui voulait changer de couleur ». Ils ont prêté leur livre et la mascotte qui va avec, pendant une semaine aux enfants de l’IEM...

Avec « la couleur des émotions » les enfants de l’IEM ont initié les enfants de CP au langage des signes : comment dire les couleurs, les sentiments quand on ne dispose pas facilement du répertoire des mots à l’oral...

 

A la dernière séance à l’école St André nous avons découvert le livre : « la planète des Alphas » et ses petites lettres attractives. Deux enfants de l’IEM ont pu dire qu’ils avaient appris à lire avec cette méthode...

Des liens se sont tissés entre les adultes mais aussi entre les enfants qui malgré les visites brèves et bien orchestrées, trouvent des mouvements de complicité entre eux... Nous savons que les enfants de CP ont beaucoup parlé de cette expérience dans leurs familles. Nous pouvons dire que l’approche de la différence a beaucoup enrichi les uns et les autres...

 

Cette expérience s’est terminée en se souhaitant de bonnes vacances et en espérant se revoir l’année prochaine !

Marie-Thé

 

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL DE L'ECOLE

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
blog lire et faire lire Vendée - dans La Roche sur Yon
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 15:13

Les bénévoles relais de l’association Lire et Faire Lire ont organisé un goûter lecture, le vendredi 15 janvier 2016.

Cette rencontre, à laquelle les bénévoles lecteurs de la Roche sur Yon étaient conviés, s’est déroulée à la Ligue de l’Enseignement-Fol 85. L’après-midi était consacré à la découverte de contes du monde entier, ainsi qu’à un débat sur les moyens de les intégrer, lors des séances de lecture avec les enfants. Un véritable moment de partage s’est installé, d’autant plus que ce sont les bénévoles eux-mêmes qui ont apporté leurs connaissances. En effet, ils ont animé la formation en puisant dans leurs expériences, leurs voyages.

« Les enfants sont toujours demandeurs de contes, car ils baignent dedans depuis leur naissance. Nous connaissons nos contes par cœur, mais nous avons du mal à partir à la découverte de ceux des autres cultures. Pourtant, c’est une ouverture sur le monde enrichissante. Et nous côtoyons de plus en plus d’enfants de cultures différentes, lors de nos interventions. Nous devons donc les prendre en compte ; c’est toujours un émerveillement pour eux, que l’on s’intéresse à leur culture. Cela leur donne le sourire, ils sont ravis d’expliquer aux autres le mode de vie, les tenues, les mots étrangers. Les autres enfants sont enchantés de faire un voyage imaginaire dans un nouveau pays. La lecture de ces contes sert donc de trait d’union entre les enfants de cultures différentes. »

La rencontre commence par la narration d’un conte, qui nous vient de SOMALIE.

La bénévole explique : « J’ai trouvé ce conte dans le recueil de Praline Gay-Para, qui est libanaise et qui collecte des contes divers, venus des cinq continents, des histoires d’hier et d’aujourd’hui. » « Les contes, à force de les dire, on se les approprie, on change quelques phrases, ce n’est pas du par cœur. Mais le fond et la morale restent les mêmes. Praline a ajouté quelques idées, qui n’étaient pas présentes dans les originaux, afin de laisser une trace d’elle, dans chaque conte qu’elle a repris. »

Ensuite, une bénévole propose un petit voyage en AMERIQUE LATINE.

Partons à la découverte du Pérou et de ses tableaux de vie, nommés Arpilleras. « Ils sont fabriqués à partir de toile de jute et servent de livres aux péruviens. Ceux-ci racontent des histoires à partir de ces tableaux de vie. Ils ont une forte tradition orale. » En effet, dans les familles et les écoles, on conte des récits qui ne sont pas écrits, mais qui sont transmis de générations en générations, en s’appuyant sur les Arpilleras, servant d’illustrations. « Les images sont cousues en volume et représentent généralement des scènes de la vie des péruviens. »

 

Cap sur le GUATEMALA et sa légende des mangeurs de chagrin.

« Elle est narrée à partir de six poupées. Elles sont appelées poupées tracas. » Vous voulez connaître la légende ? Et bien, « chaque péruvien a ses six poupées tracas. Avant d’aller dormir, il raconte ses soucis de la journée à une des poupées, puis la glisse sous l’oreiller et le lendemain les soucis se sont envolés. Il peut ainsi repartir plus sereinement pour une nouvelle journée. La poupée absorbe les problèmes, il y en a une pour chaque jour. Sauf pour le dimanche, car le dimanche il n’y a pas de soucis ! » Les enfants créent parfois leurs propres poupées tracas avec un morceau de tissu et des allumettes ou des bouts de bois. Elles sont aussi appelées mange-chagrin, mais ce nom est moins joli. La bénévole raconte avec un air amusé « Un jour, alors que je lui racontais la légende, un enfant a pris peur. Il a déclaré : « Mais alors, si elle mange mes soucis, elle peut me manger aussi ». » 

Le livre Billy se bile est lu. Il met en scène un enfant ayant peur de tout, mais qui est rassuré suite à la découverte des poupées tracas.

Puis, nous nous dirigeons vers l’ASIE et ses fameux Kamishibaï.

Vous ne savez peut-être pas à quoi cela ressemble ? C’est un « théâtre de papier », « une technique de contage d’origine japonaise, basée sur des images qui défilent, dans un théâtre en bois ». Un Kamishibaï est composé d’un ensemble de planches cartonnées numérotées, racontant une histoire. Chaque planche met en scène un épisode du récit, le recto pour l’illustration, le verso est réservé au texte. En ouvrant les volets du petit théâtre, le public découvre les illustrations, tandis que le narrateur lit l’histoire, en faisant défiler les planches. La bénévole, venue présenter cette partie, conte Le bonhomme kamishibaï, grâce à un théâtre qu’elle a reproduit elle-même.

Pour finir, une lectrice expose une bibliographie de contes du monde entier, intéressants à lire aux enfants. « La plupart des contes viennent d’Asie et particulièrement de Mongolie, Japon et Chine. » Passionnée des contes, elle justifie : « Ce que j’aime dans ceux-ci, c’est qu’ils comportent des valeurs universelles, humanistes. Que ce soit des contes de n’importe quelle origine, la moralité est toujours la même. De plus, ils savent émouvoir, enseigner, faire rire, instruire tout en s’amusant. C’est attrayant. Des sentiments peuvent ressurgir chez les enfants. Par exemple, alors que je racontais un livre qui faisait référence à la mort, un enfant m’a dit : « Mamie est morte, mais c’est normal, on voyait bien qu’elle était vieille, elle avait les cheveux comme toi ! »

Des contes, tels que Combien de terres faut-il à un homme ?, dénonçant l’avidité menant à la destruction, ou le très beau livre Le prince tigre, sont conseillés. Ils transmettent la sagesse, la philosophie. « Ils sont magiques. »

 

 

Partager cet article

Repost 0
blog lire et faire lire Vendée - dans La Roche sur Yon
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  •              Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  • : Bonjour et bienvenue sur notre blog Lire et faire lire créé par et pour les bénévoles. Cet espace nous permet d’être en contact permanent pour échanger et partager nos expériences, nos lectures, nos formations mais aussi nous informer des événements (manifestations-salons-expositions) dans notre domaine, la lecture aux enfants. En Vendée, en juin 2017, nous sommes 528 lecteurs et nous intervenons dans 269 structures éducatives pour 12.672 enfants. Notre devise « Que du bonheur ».
  • Contact

Lire Et Faire Lire Site National

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -