Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 18:50

Nous étions invités à cette conférence par Bibliobulle qui organise depuis 32 ans la fête du livre jeunesse à Aizenay et qui donne ainsi l’opportunité de découvrir et rencontrer un(e) auteur(e).

Sara est l’invitée de cette annéeOn peut aussi la découvrir sur la toile grâce à son blog http://www.universdesara.org/

rencontre Sara janv 13 (1)

 

« Aimer lire, nous rappelle Mr Robichon, est un projet qui peut se vivre s'il y a  rencontre et expérience, échanges entre écrivain et lecteurs. Ainsi la fête du livre est une occasion formidable pour que les enfants puissent rencontrer un(e) auteur(e) et découvrent son univers.

La littérature nous construit et nous permet de rentrer en relation avec les autres. Mais chaque lecture est aussi une relation personnelle, une expérience personnelle, une aventure… »

rencontre Sara janv 13 (2)

Qui est SARA ?

Sara est venue du monde de la presse. Elle se sentait frustrée quant à la place de l’image dans les journaux et aimait peindre.

Un week-end alors qu’elle n’avait plus de peinture, elle a commencé à déchirer du papier et a découvert que c’était aussi une façon d’écrire. La forme découpée l’a inspirée et fait ressurgir souvenirs et émotions.

Entre autres : un homme qui s’enfonçait dans la ville.

Puis une scène a ressurgi de sa mémoire : celle d’un clochard au sourire éblouissant qui avait un chat blanc magnifique qu’elle avait croisé enfant boulevard Sébastopol à Paris. Il avait l’air heureux car il aimait son chat et se savait aimé par son chat.

Une forme de papier découpé fait vibrer les émotions «la partie océanique au fin fond de chacun», des souvenirs reviennent liés à l’enfance, la mémoire, la culture, les expériences et le vécu…

rencontre Sara janv 13 (3)

 Puis notre cerveau veut donner du sens, construit et organise. On trouve un fil rouge pour tourner les pages et raconter une histoire sans texte.

Quelqu'un lui a fait remarquer un jour que ses albums n’avaient pas d’histoire alors elle a suivi une formation de scénariste pour dessin animé pour la TV aux Gobelins mais elle a trouvé cela très formaté, rigide, mathématique, précis et rigoureux. Elle a même trouvé cela ennuyeux.

Elle a pourtant écrit un film d’animation « A quai », film où il est question d’un capitaine, d‘un chien et d’une femme en rouge.

http://universdesara.org/spip.php?article34

Le capitaine et le bateau semblaient symboliser la liberté ; or le capitaine est prisonnier de son uniforme et le bateau est un lieu enfermé bref une prison ! Ce capitaine n’a plus de cigarette et erre dans la ville à la recherche d’un bar. Un chien le suit. Ce capitaine entre dans un bar où il y a des pêcheurs, des marins ; cela sent l’aventure. Il croise une femme en rouge mais ne peut la draguer car une bagarre éclate…. Allez sur son site voir la fin du film …

Mais cela revient très cher de faire un film d’animation si on n’a pas d’enveloppe ! Dans ce cas une somme lui était allouée pars les Gobelins et, en fait, elle a servi à payer les musiciens argentins qu’elle a rencontrés une fois dans le métro et auxquels elle a proposé de faire la musique. (Radikal satan http://radikalsatan.org/) 

Suite à ce film elle écrit « la petite fille sur l’océan »              Sara-la-petite-fille.jpg

Puis, sur les conseils du Seuil, elle repart du film "A quai" pour raconter le point de vue du chien et à la fin celui de la femme.

Donc elle a travaillé 3 points de vue à partir de «  A quai » .

Le chien à la recherche d’un maître qui erre sur le port (souvenirs de son enfance à Rouen et du port de Rouen avec bites d’amarrages, gros bateaux, ombres et taches d’huile..) + souvenir de culture : Diogène qui lui aussi cherche un homme et vit dans un tonneau donc elle fait vivre le chien dans un tonneau, et cynique qui signifie chien..

Chien jaune car pour Sara le jaune symbolise l’affection. Elle partage avec nous sa joie d’avoir accueilli une petite chienne chez elle et d’avoir découvert l’affection de cet animal qui ne parlait pas mais avec lequel une communication existait : langage du cœur et de l’émotion, rencontre qui réchauffe le cœur d’où la couleur jaune comme le soleil dans différents albums qui symbolise pour elle l’affection.

On a aussi dans les dernières pages de l’album le point de vue de La femme que le capitaine croise dans le bar ( quelqu'un de l’assemblée lui a fait remarquer que les femmes de ses albums sont souvent des femmes en rouge genre femmes fatales des polars américains des années 50) . 

Sara du temps

 Dans le livre « du temps » elle évoque le deuil. Sara l’a écrit après la perte de sa petite chienne. C’est l’histoire d’un ouvrier agricole qui va enterrer son chien dans la terre. Le déchirement est traduit par l’illustration de la pelle et l'envolée de terre. Puis il y a l’illustration avec une balle de tennis jaune qui rappelle l’affection du chien qui aimait courir après la balle …

 Sara-le-rat-musicien.jpg 

Dans un autre album « le rat musicien », Sara fait référence au piano (langage pour elle de l’homme ) et à une contrebasse (langage pour elle de l’animal) et à cette musique de Saint Saens dans « le carnaval des animaux » qui créait un dialogue entre piano et contrebasse. Or elle a été voir la maison où il a vécu qui est assez délabrée dans Paris et a donc imaginé alors un rat contrebassiste qui aimait cette musique..

 

Sara a une forte culture cinématographique, aime la photo, beaucoup les films en noir et blanc et ceux de John Huston en particulier. Elle est très sensible au cadrage.

Mais elle a aussi un grand souci d’esthétique, de qualité artistique et intellectuelle. Elle ne ferait jamais quelquechose ou ne regarderait jamais quelquechose qu’un enfant ne peut regarder donc pas de violence ni érotisme dans ses albums. Elle ne veut pas flatter certains instincts et se refuse donc à illustrer certaines choses. Elle tient à ce qui est Beau.

 Comment entrer dans un album sans texte  ? Sara-images-2.jpg

Un album sans texte s’adresse aux émotions. Il faut apprendre à s’écouter et à écouter l’album, à le ressentir, c’est un appel à vibrer. Certains ne comprennent pas ce genre de livre car c’est un autre langage. Opposition entre monde de l’artiste et un monde trop « cartésien » ?

C’est une langue que les enfants sourds, par exemple, comprennent très bien car à base d’expressions du visage, de mimiques, de mimes, d’échanges de regard, d’observation, d’échanges sans mot .

Il faut d’abord créer une atmosphère de silence, de méditation, d’intériorisation. Atmosphère de mystère. Eveiller la curiosité, le dialogue avec soi-même.

Le cadrage et les couleurs choisis font vibrer le fond de chacun. Chacun donne sens à l’image.

Ecouter ce qu’on a à se dire à soi même. Goûter, savourer, laisser retentir... S’arrêter sur une page puis tourner doucement la page….

Les enfants en général aiment ce genre de livre ; ce sont les adultes qui ne sont pas toujours à l’aise. Sara-images-1.jpg

Le papier déchiré est un outil formidable car il créel’incertitude, donne une large part au hasard : aventure, liberté.

Le cerveau va se mettre au travail pour donner sens à cette incertitude. C’est comme lorsqu’on regarde des nuages et qu’on imagine ce que signifie leur forme. Si on décrit précisément, on ferme la porte à l’imaginaire. Les albums de Sara ouvrent sur l’imaginaire et même à la fin sur un avenir possible à inventer..  Sara-images-3.jpg 

Si quelqu'un prenait l’assemblée en photo, on pourrait reconnaître untel alors que si Sara prenait du papier déchiré elle mettrait une forme pour l’ensemble de l’assemblée et y mettrait ici une tête ronde, là des lunettes, ici des cheveux de couleurs ..Bref ce serait une invitation à repérer et s’imaginer telle ou telle personne... invitation à se projeter...

Sara travaille en ce moment sur l’histoire d’un marin de la Chaume qui aurait découvert Tombouctou et donc qui, parti des Sables d’Olonne, a été à l’aventure découvrir une ville perdue dans les Sables

 

Cette conférence nous a permis de nous donner des clés pour mieux appréhender l’univers de Sara et des clés pour lire ces albums aux enfants. Ainsi osons les faire découvrir aux enfants qui eux ont sûrement gardé cette faculté de faire vibrer leurs émotions, de se laisser surprendre et de comprendre ce langage du papier déchiré.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Christine Beaufrand
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  •              Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  • : Bonjour et bienvenue sur notre blog Lire et faire lire créé par et pour les bénévoles. Cet espace nous permet d’être en contact permanent pour échanger et partager nos expériences, nos lectures, nos formations mais aussi nous informer des événements (manifestations-salons-expositions) dans notre domaine, la lecture aux enfants. En Vendée, en juin 2017, nous sommes 528 lecteurs et nous intervenons dans 269 structures éducatives pour 12.672 enfants. Notre devise « Que du bonheur ».
  • Contact

Lire Et Faire Lire Site National

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -