Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2018 7 28 /01 /janvier /2018 12:43

TELERAMA : EXTRAITS DE L'INTERVIEW DE DANIEL PENNAC

PARRAIN DE LA 2e NUIT DE LA LECTURE

 

 

En décembre dernier, des études fustigeaient encore la baisse du niveau de lecture chez les écoliers français. Il paraît qu’ils sont de moins en moins bons et qu’ils ne lisent plus. C’est une vieille marotte ou une réalité ?

 

Je suis un vieux professeur à la retraite, j’ai enseigné le français pendant trente ans. En 1969, quand j’ai fait ma première rentrée, à Soissons, la première chose que j’ai entendue de la part de mes collègues dans la salle des profs c’était : « les élèves ne lisent plus » et « le niveau baisse ». Voilà plus de cinquante ans ! On rabâchait déjà cette antienne, on a toujours dit cela. Mais qui est « on » ? Les adultes évidemment...

 

Parmi les droits imprescriptibles du lecteur que vous définissez dans Comme un roman, le neuvième est celui de la lecture à voix haute. Vous en parlez comme d’un rituel essentiel pour les plus jeunes. Vous écrivez qu’à chaque fois que vous faisiez la lecture à votre fille entre vous « l’amour y gagnait une peau neuve. C’était gratuit ».

 

Ah oui ! La notion de gratuité est essentielle. Si je vous offre un livre un jour, en vous disant : « lis-le, c’est vachement bien », une fois que j’ai fait cet acte-là, je ne vous demanderai jamais si vous l’avez lu. Jamais ! « Dis donc, tu as lu le bouquin que je t’ai donné ? » Ça, c’est un éteignoir de la lecture, une dissuasion terrible.

Ne jamais demander à qui que ce soit s’il a lu le livre que vous lui avez offert. Et c’est pareil pour les enfants à qui vous lisez une histoire : ne jamais leur demander s’ils ont compris — ce n’est pas votre problème —, ni s’ils ont aimé. « Tu as aimé ? Je t’ai lu un livre, t’as aimé ? » C’est tellement agressif !

 

Vous avez fait beaucoup de lectures à voix haute, pour vos élèves d’abord, et puis plusieurs fois sur scène, avec notamment Bartleby, d’Herman Melville, au Festival d’Avignon. En quoi est-ce un mode de lecture primordial ?

 

J'avais des élèves réputés nuls, déglingués... Ce n’était pas de leur faute, mais ils étaient dans un désarroi scolaire total et, surtout, ils affirmaient ne pas aimer lire. Si vous croyez un enfant qui vous dit qu’il n’aime pas lire, alors il est foutu. Et vous, en tant que professeur vous êtes foutu aussi. Il ne faut surtout pas le croire ! En réalité, ce qu’il vous dit c’est : « J’ai peur de la question que tu vas me poser inévitablement une fois que j’aurai lu. » Donc, pour réconcilier cet enfant avec la lecture, il faut lui en faire cadeau et lui lire quelque chose à voix haute.

Le procédé rencontre d’abord une résistance, ils vous disent : « on a passé l’âge ». Evidemment, vous les piégez en cinq petites minutes avec les textes les plus merveilleux de la littérature. Ils disent : « Le Père Goriot, non c’est chiant, c’est au programme ! » Là vous leur lisez la fin, l’agonie de ce pauvre père Goriot, et vous avez une classe de caïds qui chiale ! Et à la mort d’Emma Bovary, ils pleurent !

 

Quel plaisir prenez-vous à faire la lecture comme cela ?

 

Avec les élèves, le plaisir c’est de voir le texte s’incarner dans les visages. C’est merveilleux l’incarnation du texte dans un regard : le gosse au début, il affecte de s’emmerder, il affecte de ne pas aimer ça, et puis, petit à petit, il y a cette transformation météorologique, le ciel qui devient bleu dans ses yeux. Ça ne rate presque jamais. Les réfractaires absolus à la lecture sont très rares, j’ai dû en rencontrer un ou deux en trente ans d’enseignement.

 

Il faut raconter des histoires aux plus jeunes : les romans se racontent, Madame Bovary se raconte. Mon frère m’avait résumé Guerre et Paix, de Tolstoï, en me disant : « C’est l’histoire d’une fille qui aime un mec et qui en épouse un troisième. » Formidable. Si avec ça vous n’avez pas envie d’aller voir par vous-même…

 

Pour lire l'intégralité de l'interview de Daniel Pennac :

http://www.telerama.fr/enfants/daniel-pennac-si-vous-croyez-un-enfant-qui-vous-dit-quil-naime-pas-lire,-alors-il-est-foutu,n5446579.php

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LIRE ET FAIRE LIRE EN VENDEE
  •                    LIRE    ET    FAIRE    LIRE    EN    VENDEE
  • : Bonjour et bienvenue sur notre blog Lire et faire lire créé par et pour les bénévoles de Vendée. Cet espace nous permet d’être en contact permanent pour échanger et partager nos expériences, nos lectures, nos formations mais aussi nous informer des événements (manifestations-salons-expositions) dans notre domaine, la lecture aux enfants. En juillet 2020, nous étions 494 lectrices.teurs. Notre devise « Que du bonheur ».
  • Contact

Secteurs De Vendee

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -