Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 14:08

Lire aux tout-petits "c'est d'abord leur offrir un adulte disponible" qui les bercera par les mots

Retrouvons Anne Thouzeau, conteuse et formatrice, au sein de l’association Nantes Livres Jeunes, et Emilie Piveteau, coordinatrice départementale de Lire et Faire Lire, qui sont intervenues le vendredi 6 novembre 2015 lors d’une formation. Le thème ? La littérature auprès des tout-petits, c’est-à-dire des enfants de 0 à 4 ans environ. Les bénévoles avaient rendez-vous à la maison de quartier du Bourg, à la Roche sur Yon.

 

 

 

Pour lancer la matinée, Anne demande « pourquoi lire aux tout-petits ? ». « C’est d’abord leur offrir un adulte disponible. Partager des regards avec eux, échanger des émotions, être présents mentalement, c’est important pour les enfants. C’est cela qui peut leur apporter le plaisir de la lecture. » On sait déjà que les tout-petits de toutes cultures ont un intérêt pour la musicalité des mots, le langage, les sons, les comptines.

 

Savez-vous différencier langue factuelle et langue du récit ? Faisons un petit point ! La langue factuelle est formée d’onomatopées, de phrases courtes, accompagnées de gestes. « C’est le langage immédiat, que seul un interlocuteur présent peut comprendre. » Un exemple : « hey, passe-moi le sel s’il-te-plaît ! ». La langue du récit correspond à « la narration, aux berceuses, aux chansons ». Elle est plus riche, relate des événements, avec le pouvoir de bouleverser leur déroulement. « La lecture est donc très importante, pour donner accès à la langue du récit, car les parents ne l’utilisent pas forcément . » D’autant plus qu’elle captive les enfants et qu’ils ne peuvent pas se construire seulement avec une langue factuelle. Elle permet de structurer le psychisme de l’enfant, d’ordonner son « moi ». « Les deux langages sont donc nécessaires au développement de l’enfant. »

Il faut être conscient que « la première condition pour qu’un enfant apprenne à parler, c’est qu’on lui parle ». Un enfant a « besoin d’être nourri par des mots, par des regards, pour se développer ». Quand on a les mots, on peut exprimer ses émotions, ses sentiments.

 

Un conseil : attention à lire le livre en entier ; quand on le commence, on le finit. « Avec les repères spatio-temporels, l’enfant apprendra à construire sa pensée, ordonner ses idées et à développer sa projection dans le passé et le futur » explique Anne. C’est étonnant de voir que, très tôt, les enfants comprennent qu’un livre ne se lit pas n’importe comment, qu’il a un sens et que l’adulte a le pouvoir de le décrypter.

 

A 6 MOIS, les enfants sont ouverts aux mots, aux sons et musicalités. « Leur intérêt est porté sur la langue et non sur le sens. Ils apprécient les mots qui sonnent. » Comme les bébés ont une vue floue, il faut penser à privilégier les images très contrastées, très lisibles, par exemple en noir et blanc. Pinicho oinichba (Pie niche haut, oie niche bas) est un bon imagier pour eux. Le beau ver dodu plaît aussi, car le lecteur est obligé d’articuler, « les enfants regardent alors surtout le visage de l’adulte » ; le texte est rythmé, proche de la chanson, « l’enfant est porté par les mots, bercé ». A souligner que la manipulation des livres est importante dans cette tranche d’âge.

 

Puis, DE 6 A 12 MOIS, les petits ont un fort intérêt pour les animaux et pour les textes présentant une histoire quotidienne, grâce à laquelle ils peuvent penser : « Je ne suis pas tout seul dans mon cas, à faire ça, à être comme ça ». Ils apprécient également les imagiers ou les livres animés, pour créer de nouveaux tableaux. Ils aiment les cachettes, où les « caché-coucou » leur permettent de s’approprier l’absence, de dépasser les permières angoisses de la séparation.

C’est VERS 10 MOIS qu’ils commencent à faire la différence entre la réalité et la conception fictive. « La représentation d’une chouette n’est pas une vraie chouette. » La manipulation des livres est essentielle et procure du plaisir, par le bruit, l’odeur et la texture. « Il faut donc des livres adaptés à l’amplitude de leurs mains, avec des pages faciles à tourner et peu fragiles. »

 

Les enfants DE 12 A 18 MOIS sont dans une période délicate. Ils ont besoin d’être protégés, d’être rassurés sur leur normalité, mais souhaitent aussi acquérir d’avantage d’indépendance. Ils sont également dans la période du « non », de la colère et des refus de nourriture… « Il peut donc être intéressant de leur lire des histoires en lien avec ces thèmes », comme A table ou J’ai pas faim. La mise en scène des émotions, l’identification ou les différences d’avec soi sont nécessaires et rendues possibles, comme dans Beaucoup de beaux bébés. On y lit par exemple « bébé tout sec, bébé mouillé », « grand bébé, petit bébé ». Les livres tactiles sont toujours importants : pop-up (livres animés), livres en tissus ou en plastique. Bébés chouettes est un très beau livre, que les enfants de tous âges peuvent apprécier. Il permet la « possibilité d’identifications multiples ». Trois bébés chouettes, d’âges et de personnalités différents, « laissent aux enfants une identification au personnage de leur choix ».

 

A PARTIR DE 2 ANS,  la peur est une thématique forte. Ce ne sont pas les livres de monstres ou de sorcières qui vont causer des cauchemars. Au contraire, « les livres jouent à apprivoiser la peur et aident les enfants à dominer leurs mauvais rêves ». Les livres comme Va-t’en, grand monstre vert !, ont même un aspect rassurant. « Ils peuvent présenter des monstres ridicules, des enfants qui ont peur, ce qui permet de n’être pas seul dans ce cas ». Chhht est également un récit très apprécié et très rythmé. Les enfants peuvent demander à relire plusieurs fois la même histoire, car « cela les rassure de voir que les choses ne changent pas, que le monstre reste dans le livre ». A cet âge, ils aiment également les histoires sur la famille, les amis, les animaux, les personnages de séries, les livres de comptines et d’humour (sans second degré).

 

A savoir que les enfants ont la « capacité de posséder une écoute motrice ». « Même s’ils font autre chose pendant la lecture, ils vont écouter ». Plus les enfants sont grands, plus on peut avoir recours à des textes longs et à des histoires complexes.

 

Exemples d'objets transitionnels pour débuter ou terminer la lecture

 

Anne Thouzeau termine sur ces quelques conseils : « Amenez plusieurs livres quand vous allez à une séance de lecture, afin de pouvoir vous adapter à l’humeur des enfants le jour même ». « On peut risquer de lire des livres pour grands à des plus petits et inversement ». Il faut savoir que « lorsqu’un livre est bon, il reste bon pendant longtemps » ; il peut être lu même à de grands enfants. «  Pour les petites et moyennes sections, il est conseillé d’instaurer un rituel, afin de créer une relation de confiance entre adulte et enfants ». Instrument de percussion, boîte à musique, marionnette ou bien comptine, le rituel sera le symbole du début et de la fin de la séance de lecture.

 

Pour un compte-rendu plus détaillé de la formation, cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.laligue85.org/fr/images/pdf/lire-et-faire-lire/cr-lire-aux-tout-petits.pdf

Partager cet article

Repost 0
blog lire et faire lire Vendée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  •              Le blog de Lire et faire lire en Vendée
  • : Bonjour et bienvenue sur notre blog Lire et faire lire créé par et pour les bénévoles. Cet espace nous permet d’être en contact permanent pour échanger et partager nos expériences, nos lectures, nos formations mais aussi nous informer des événements (manifestations-salons-expositions) dans notre domaine, la lecture aux enfants. En Vendée, en juin 2017, nous sommes 528 lecteurs et nous intervenons dans 269 structures éducatives pour 12.672 enfants. Notre devise « Que du bonheur ».
  • Contact

Lire Et Faire Lire Site National

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -